.

.

mercredi 15 mai 2019

Rendez-vous en Trail Inconnu (11/12 mai 2019)

par Julien C


"Après quelques heures de recul, je crois que j’aurais pu me contenter du message de notre GO en chef pour résumer ce weekend …



… mais cela n’aurait vraiment pas été à la hauteur de ce weekend. C’est donc parti pour un CR complet dont je vous demande de pardonner la longueur.

Avant de partir

Mais avant de vous décrire ces trois jours de folie, il me parait nécessaire de poser le contexte en parlant pour une fois (n’écoutez pas ceux qui vous diront le contraire J ) un peu de moi. En effet, je suis ce que l’on peut qualifier de noob en course à pied : à peine deux courses de plus de 10km dans mes bagages (avec des temps moyens qui plus est, ou en tout cas très éloignés des flèches que l’US regroupe), et aucun trail. J’ai tout de même comme avantage d’être entouré de nombreux champions en running au sein de la Direction des risques de BPCE Financement ce qui me permet d’éviter les grosses erreurs je pense.

Comme je me suis lancé comme défi de courir 1000km cette année et de découvrir le trail, j’ai décidé de prendre des risques et de me lancer dans cette aventure. A peine le WAF* obtenu (* :Women Autorisation Factor) j’ai envoyé mon chèque et prié pour qu’une place se libère (je ne remercierais jamais assez la personne qui s’est désistée pour me laisser venir).

Tout au long de ces 4 derniers mois, le Buro a su nous (me ?) faire mijoter comme il faut et maintenir la pression. Je passe rapidement sur les mails décrivant le matériel dit « obligatoire » comprenant un spray anti ours et des allumettes tempêtes et sur mes deux dernières nuits très courtes et agitées mais ce n’est pas sans appréhension que je me suis rendu au rendezvous… J

La découverte

… fixé par le buro à 16h40 à Gare de Lyon. He oui, car le principe de base de ce weekend était de ne rien savoir avant de partir. La seule info que nous avions était la liste de nos 17 autres compères de voyage. Mais pour moi qui ne connaissais que 4 personnes (mes collègues de BPCEFin’ Julien et Jérémie + Eric et Benoit les seuls membres du Buro que j’avais croisé lors des séances PPG du jeudi) cela ne m’avançait pas à grand-chose.
 
Une fois découverts mes comparses, Fabienne et Anne nos GO nous font monter dans un train à destination de Montpellier. 2 arrêts sont possibles : Valence et Nimes. La pression est à son comble lorsque les road book sont sortis après un petit jeu nous permettant de découvrir que nous allions participer au challenge val de drome. http://www.challenge-drome.com/

Au programme : deux courses chacun avec 12km (220D+) le samedi et 21 (750D+) ou 42 (1850D+) le dimanche. Je suis heureusement concerné par le combo 12 + 21 mais cela reste tout de même un très beau challenge pour moi.



Arrivée sur Valence et découverte de Crest

Nos GO sont non seulement des experts en organisation de course à pied mais ils n’oublient pas non plus les choses importantes que sont le miam, le burp et le dodo. Pour contenter ces deux premiers points, une table avait été réservée chez Grand-mère dans le vieux Valence (https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g187272-d1953271-Reviews-Chez_Grand_Mere-Valence_Drome_Auvergne_Rhone_Alpes.html) et coté dodo c’est l’auberge de la plaine qui nous comble tout simplement (https://www.aubergelaplaine.fr/ ; voici une petite vidéo faite par Marc qui décrit très bien ce bel endroit : https://www.youtube.com/watch?v=L4stfQi0Tx4).

Bref, on est au top et je n’ai donc plus aucune raison de ne pas assurer sur les parcours. Mince ! J

Warm up du samedi : 12km et 220 D+

Après une grasse matinée à durée variable, et un petit déjeuner gargantuesque, la troupe s’élance vers Crest et son magnifique … parking d’intermarché où auraient du nous attendre 3 danseuses brésiliennes pour le départ de mon premier trail Oo. Leur retard nous aura au moins permis de nous assurer des compétences en mathématiques de certains membres du buro (2 ! comprenne qui pourra).

Ne sachant pas du tout comment me situer je décide de partir en fin de peloton et en tentant de suivre le groupe constitué par Béa Anne Fabienne Yoko et Domohina. Je vise gentiment le 1h30 en me disant que 1h15 serait quand même un sacré challenge. Mais mes bonnes résolutions tiendront peu de temps puisque je n’ai jamais réussi à trouver le groupe des filles. Je me suis donc retrouvé un peu tout seul et les premières petites bosses m’ont permis de me conforter dans l’idée que j’ai du boulot pour être à l’aise en descente J Au bout de 2km je croise Eric à genoux et Benoit qui l’attend. Eric s’est malheureusement blessé mais me dit de continuer. Je le laisse à regret et me remets vite dans ma course (plutôt bien entouré je dois le dire à ce moment la). Mais les montées s’enchainant dans de beaux single je me retrouve à pester de ne pouvoir doubler et je profite de l’élargissement du chemin pour augmenter le rythme et fini par doubler une partie du groupe Natixis dans le haut de la montée. Arrivé au ravitaillement du 6è km je jette littéralement ma bouteille vide dans les bras du bénévole, prends une rondelle de saucisson et fonce pour attaquer une descente royale peu technique où je pousse les chevaux. Le pied intégral ! je crois que c’est à ce moment là que j’ai vraiment compris le kiff que ces courses natures peuvent être. Bref, je ne me retiens plus du tout et « fonce » sur le reste de la course jusqu’à l’arrivée pour finir en 1h13 ! Au passage je double la jeune Camille de Chamonix que j’avais repéré au loin grâce à son short rose fluo.

Nos flèches Julien, Jérémie, Julien et Sam sont déjà arrivés et je fonce accueillir avec eux les autres membres de l’US sur la ligne d’arrivée. Ce 12km sous le soleil aura été un pied énorme du début à la fin et ces encouragements finaux la cerise sur le gâteau.

Le reste de la soirée se termine entre piscine (cryothérapie) et repas tous ensemble à l’auberge. En dehors de nos deux blessés forcément un peu déçus tout le monde semble avoir apprécié la balade du jour.

D Day – 21km et 750D+ du dimanche

Pour ma part, je mis plusieurs heures à trouver le sommeil, la faute aux jambes lourdes, à l’euphorie de cette première course et à l’angoisse de la « vraie » course du lendemain. Mais je me réveille plutôt en forme pour un petit déjeuner matinal (7h).

Ce coup-ci je prépare l’ensemble du matériel pour être sur de ne manquer de rien : sac avec réserve de 2l d’eau, 4 barres, 1 pate de fruit, la cape de pluie offerte par l’asso dans le trajet aller (encore merci !) et bien entendu la poche imperméable pour y glisser mon téléphone portable (je crois que vous avez compris pourquoi j’ai besoin de cela J ).

Le départ est prévu pour 9h et ce coup-ci je décide de suivre Cyril si possible. Je me dis que si ça devenait trop dur ça serait plus simple à deux. On se dit tous les deux au départ qu’en dessous de 3h15 on serait au top ! On part donc sur ce beau trajet au milieu de chemin forestiers et le hasard fait que je retombe sur Camille pendant les deux premiers km J L’histoire fait qu’elle terminera sa course avec Fabienne, Yoko et Domohina.

Les premiers km montent pas mal et j’alterne les phases de marche et de course et Cyril et moi relançons à chaque phase de plat. Le rythme est bon et on sent assez rapidement que les 3h peuvent être battues. Au 6è on tombe sur nos compagnons non-coureurs de l’US qui nous encouragent comme des fous. Juste énorme. Au passage je prends ma rondelle de saucisson obligatoire et annonce à Ben notre photographe « le gras c’est la vie » J



Sous-titre « non mais tu rigoles la ? » Cyril

On atteint le point culminant du parcours au 11km après avoir mis les gaz sur la fin de la montée et je suis cramé. Je laisse cyril partir dans le faux plat descendant pour prendre une barre et de l’eau et je le rattrape avant le ravito du 12è. Cette « pause » me fait du bien et je me sens d’attaque pour la fin.

Au ravito du 17è on est encore accueilli par la troupe de l’US et c’est juste génial. Cyril me propose d’attendre Marc et JJ qui ne doivent pas être très loin et effectivement 2-3 minutes plus tard ils arrivent. On les laisse se restaurer et on repart pour une « dernière difficulté » selon les bénévoles. LA dite difficulté se présente finalement au 18è avec un bénévole qui nous arrête en pleine descente pour nous désigner ce que j’aurais du mal à qualifier de chemin tant la pente et la densité d’arbustes sont élevées. Bref on en chie sur 150m pour atteindre le haut mais la récompense vaut le détour : une vision à 360 degré sur la campagne environnante. Pour le noob que je suis ce passage sur la crête est le clou du spectacle.



Sous-titre : de G à D : la fameuse Camille, Domohina, Fabienne et Yoko sur la crête du 18è km

La fin du parcours est en pente descendante très forte avec pas mal de difficultés techniques et nous ralentissons pas mal, Cyril à cause de bobo aux tibias et moi par peur de chuter et par fatigue. Marc en profite pour nous doubler à une allure incroyable. Cette descente se termine par des escaliers que je ne qualifierais pas ici de peur d’être censuré (mais b**** de m**** j’en ai ch***) J et par quelques centaines de mètres de plat pour rejoindre nos champions déjà arrivés.

Cyril et moi finissons ce semi-marathon des cimes en 2h36. Juste incroyable et impensable au début de la course.

Les derniers membres de l’US arrivent les uns après les autres salués (que dis-je ovationnés) par la troupe déjà sur place et assez rapidement toutes nos pensées se dirigent vers deux centres d’intérêts : la bière et nos champions en course sur le 42km : Vincent et Sam. Sam boucle son périple en un peu plus de 5h plutôt frais en fait, et l’attente se prolonge jusqu’à l’arrivée de Vincent après environ 7 heures de course. Incredible !!!

La vidéo de son arrivée résume à elle seule l’ambiance qui a régné au sein de groupe tout au long du weekend : https://www.youtube.com/watch?v=Ln9zRsMA3xY

 Bilan du weekend

Si vous avez eu le courage de me lire jusqu’ici félicitations ! il me reste à faire un petit bilan de ce weekend :

Coté points positifs ils sont nombreux et j’ai peur d’en oublier. Je tiens tout de même à noter :

-          L’organisation de ce weekend a été au top de A à Z. Merci Fabienne, Anne et l’ensemble du buro pour cela ;

-          L’ambiance entre les 18 membres du groupe a été parfaite. J’espère juste n’avoir gêné ni choqué personne. Je sais que je suis parfois un peu trop cash lorsque je me sens à l’aise :/ ;

-          La découverte du trail a été pour moi une révélation, probablement amplifiée par la très bonne organisation (à 3 brésiliennes près) de ce weekend de courses ;

-          Et pour finir, je me suis étonné par ma capacité à enchainer sans souci ces deux courses et même si mes temps sont éloignés des meilleurs j’en suis tout de même assez fier. Cela me donne une bonne base pour le challenge BPCE auquel je suis également inscrit

Coté points négatifs, je n’en vois tout simplement pas, et je vais donc être contraint de faire preuve de mauvaise foi en indiquant que j’aurais préféré faire une course de nuit pour utiliser la frontale que j’avais empruntée pour le weekend J

 Ce compte rendu de weekend ne surprendra probablement aucun des membres de l’US qui ont déjà pu participer à un weekend de ce type. Mais si je réussi à motiver ceux qui hésitaient à passer le pas et à venir passer un weekend avec nous, je crois que l’objectif de ce CR sera atteint.

Merci de m’avoir lu jusque la. Et à bientôt un mardi ou jeudi midi pour souffrir et suer ensemble

Julien aka Juju aka Ju aka Didier (cadeau celle-là) :D"

mardi 14 mai 2019

Challenge trail Val de Drôme (12/13 mai 2019)


de Marc Ferrand :


 
"Trail en terre inconnue du 10 au 13 mai 2019 :

Mais où vont-ils chercher tout ça ?!?! Imaginez un RDV gare de Lyon pour une course et une destination que vous ne connaissez pas à l’avance… Et bien c’est le concept appliqué ce vendredi 10 mai par nos amis du bureau de l’US Athlé NXS. J’imagine Fabienne, que nous appellerons Ariane pour des raisons de protection de la vie privée évidentes, j’imagine donc Ariane, principale instigatrice du concept « RDV en trail inconnu », un matin difficile, la nuisette encore froissée d’une nuit écourtée faisant suite à une soirée de folie, écartant sa dernière bière de la veille d’un geste dédaigneux et tombant par hasard sur la photo du frère de Jennifer Lopez, Frédéric, là, sur la couv’ de son télé 7 jours… Et, dans les vapeurs éthyliques à peine dissipées, c’est la révélation : « Et si que je leur proposais un trail dont c’est qu’ils ne sauraient rien !? » (je traduis en terme compréhensibles car la phrase exacte était « Pfffffff, …, outch, Ailledons, … outch… !! »*).
Et voilà comment 18 membres de l’US se retrouvent à partir pour l’inconnu, leur programme de course leur étant annoncé dans le TGV en partance pour Valence ainsi que le nom du trail « Challenge Vallée de la Drôme ». Et là, surprise, surprise, comme disait le grand philosophe Marcel Beliveau car ce n’est pas une course mais deux qui sont proposées pour la plupart des participants NXS, une base de 12 km (220 D+) dit des « Mousquetaires » pour tous et un 22 km (750 D+) « Semi-marathon nature » ou 42 (1850 D+) «  Trail de la crête » le lendemain pour la majorité d’entre nous (…)


Nous voici à pied d’œuvre ce samedi 11 mai à Crest, il est 14h30, nous sommes prêts et attendons désespérément le bon vouloir des danseuses brésiliennes d’avant course qui finiront par venir se trémousser avec une demi-heure de retard… Le départ est enfin donné pour ce 12 km, qui emprunte une partie bitumée et débouche très rapidement sur des chemins, montants, descendants, et finalement relativement roulants. Le temps est nuageux et assez chaud, le parcours est plutôt agréable, avec un long passage final le long de la Drôme que j’effectue en compagnie de Cyril. La principale difficulté est finalement de ne pas trop se livrer afin de garder des forces pour la course du lendemain, le 22 km en ce qui me concerne.

C’est donc le dimanche, après une soirée ou la diététique fût à la course ce que l’honnêteté est aux Balkany, que nous nous présentons peu avant 9h sur la ligne de départ pour une nouvelle course, deux d’entre nous participant au 42 km, mention spéciale pour eux, les autres, les valides en tout cas, partant pour 22 km. Le temps en couvert, plus frais que la veille, avec de fortes bourrasques que nous ne sentirons pas trop, étant donnés les nombreux passages protégés par les bois ou les côtes empruntées. Les paysages sont somptueux quand on arrive à décrocher le regard de ses pieds, je reste avec JJ et laisse partir Cyril et Julien que je reverrai plus tard. Je gère toute la première partie de course prudemment, les jambes étant un peu lourdes des efforts de la veille, j’apprécie les encouragements de nos accompagnateurs et profite de chaque ravitaillement. Puis le diesel se met en route vers la moitié du parcours et je finis assez bien, ne souffrant pas plus que ça dans la descente finale du château de Crest et ses galets disjoints. Je finis quasi au sprint, fidèle à mes habitudes de sprinter racé (gasp).


Tous les participants ont assurés leur part d’inconnu, Vincent surtout qui a fait ses 42 km en métronome, nous permettant au passage de nous recharger en liquide dans la salle d’arrivée. Merci encore à nos organisateurs et trices et à tous les participants pour ce we mémorable !

* : Cette description est bien évidemment purement fictive, tout le monde connaît la sobriété légendaire d’Ariane, et encore plus celle de Fabienne."